Aller au contenu Aller au menu Politique d'accessibilité

Free Sciences Site sur les mathématiques, la physique, et l'informatique.

La notion de «science exacte»

Nous savons qu'il existe plusieurs domaines scientifiques: la physique, la biologie, la sociologie, ... On peut classer ces différentes sciences de plusieurs manières. Un tel classement est naturel: certaines sciences ont des liens étroits avec d'autres, ce qui nous amène à les mettre dans un même groupe. Nous allons discuter ici d'une classification assez connue: le classement des sciences en sciences exactes et inexactes (on dit aussi sciences «dures» et sciences «molles»).

Nous allons d'abord donner une définition du terme «science exacte» pour ensuite l'analyser.

Définition

Définition 6.

Les sciences exactes regroupent:

  1. les sciences de la nature: chimie, physique, biologie, astronomie, ...
  2. les sciences formelles: mathématique, informatique, géométrie, logique, ...

Le terme de «science exacte» s'oppose aux sciences humaines et aux sciences sociales. Mais il reste une question: quelle est la raison de cette distinction entre sciences exactes et «inexactes»?

Science exacte?

Il faut d'abord faire attention au fait qu'on peut très bien travailler sur des sciences humaines et en même temps faire preuve de rigueur. En effet, le terme «inexact» est trompeur: on a l'impression que cela sous entend une sorte de manque de sérieux ou de rigueur. Les raisons de cette distinction sont en réalité tout autres.

D'une part, on peut dire que les sciences exactes sont plus précises. En effet, dans les sciences exactes on peut avoir des résultats chiffrés et avoir des théories ne contenant aucune ambiguïtés. En psychologie par exemple, c'est très différent, les choses sont d'une certaine manière plus complexes, il est bien souvent très difficile de déterminer exactement l'origine d'un problème psychologique. On n'aura jamais une affirmation aussi précise que par exemple: «le demi-grand axe de l'orbite de la terre est de 149 597 870 km». C'est un problème en réalité insoluble pour les sciences humaines et sociales: les théorie n'auront jamais de précision «mathématique». Donner un chiffre est quelque chose de vraiment puissant, ce chiffre peut être vrai ou faux, pas autre chose. Malheureusement, c'est (en général) impossible de chiffrer quoi que ce soit dans les sciences humaines.

En effet, on peut le montrer simplement sur un exemple. Lorsque l'on étudie la schizophrénie, on se trouve face à un problème complexe. Remarquons d'abord qu'il existe plusieurs formes de schizophrénie, avec des symptômes différents. Le problème se complique encore par le fait que la schizophrénie semble avoir des causes multiples. Mais de plus, tout les schizophrènes ne sont pas également atteint, certains ont des troubles graves, d'autres auront moins de symptômes. À partir de là, il est naturel d'introduire une échelle de valeur, mais cette échelle sera toujours subjective!! Il est évidemment impossible de dire à un patient: «Vous êtes schizophrène à un degré de 3,12 sur notre échelle de valeur». D'où le qualificatif d'inexact.

Le problème

Cette classification peut poser problème. Dire que l'on travaille dans une science inexacte semble peu gratifiant. Ce terme est un peu péjoratif.

Il est d'ailleurs assez intéressant de constater l'énorme attrait pour les mathématiques de la part de scientifiques travaillant dans les sciences humaines et sociales. L'idée de mathématiser la sociologie peut sembler étrange mais pourtant une partie de la sociologie est mathématisée à outrance (parfois avec des relations mathématiques relativement compliquées). Il semble clair que le but est d'atteindre une plus grande précision, qui pourrait (?) être offerte par la mathématisation. Cela est-il vraiment une bonne façon de raisonner? Je pense que la question se pose et je pense que la réponse est non. Afin de mieux cerner les efforts de mathématisation des sciences inexactes, nous allons nous intéresser à cet étrange attrait pour les mathématiques.